Jules et Denis Lequint 


Des saint-hilarionais de hasard


Jules Lequint

Jules...
et la queue de son taureau.

la queue de son taureau

Jules Lequint est né à Givrins, dans le canton de Vaud en Suisse, le 11 mars 1881. Vacher de son état, il conduisait tous les étés son troupeau en transhumance dans le Jura français. C'est ainsi qu'il s'y fixa. Puis, les hasards de la vie le conduisirent dans la région de Reims où, lisant "Le Progrès Agricole", il dénicha un emploi à la ferme du Rossay en 1922.

À la tête d'un troupeau de vaches laitières, Jules Lequint était très fier de son élevage. Le lait du matin était ramassé par les "Fermiers Réunis", celui du soir vendu aux habitants de Saint-Hilarion ou écrémé en vue de la fabrication de beurre. Ses étables étaient d'une propreté méticuleuse, et il fallait presque une invitation officielle pour y accéder. Il chérissait tout particulièrement ses reproducteurs auxquels il prodiguait des soins attentifs.

En 1927, l'un de ses taureaux devait participer à un concours. Les préparatifs allaient bon train et le hasard fit qu'il prit une semaine de congé. Sa seule semaine de congé en onze années de travail ! Las, pendant son absence, le taureau fut blessé à la queue accidentellement et elle dut être amputée... Adieu le concours, l'espoir d'un prix, les honneurs ! Le taureau ne put être présenté et Jules en ressentit un immense chagrin...

M. Jules Lequint quitta la ferme du Rossay en 1933.





Denis LequintBernard PouponBernard Gaudin

Denis et ses copains de Saint-Hilarion.

Denis Lequint, né dans le Jura en 1919 et second fils de Jules, passa toute son enfance à la ferme du Rossay à Saint-Hilarion. Assez turbulent, il fut placé en pension à 9 ans à l'école de la rue Drouet à Epernon d'où il partait à pied une fois par mois, pour rejoindre ses parents à la ferme...

Devenu charcutier, et maintenant à la retraite, il se remémore avec nostalgie son enfance, ses copains de St-Hilarion, sa mère qui s'occupait de la laiterie et de la basse-cour à la ferme du Rossay, son père et ses vaches, «la valse des instituteurs» à Saint-Hilarion, de M. Fauve le directeur de l'école d'Epernon, «un homme remarquable qui a su lui donner le goût du savoir».


Merci à Denis Lequint pour son accueil chaleureux et son touchant témoignage, merci à Françoise Matrot de s'être déplacée pour recueillir ses propos et de nous les avoir rapportés.

Lionel Saumon
avril 2006