Le domaine de Voisins : le parc et les jardins 



Achille Duchêne (1866-1947) :
Autodidact, il participe dès son plus jeune âge à la vie du cabinet d'architecture de son père. Il hérite ainsi d'une clientèle prestigieuse parmi les propriétaires des grands domaines. Toute son oeuvre est consacrée à la rénovation de l'art des jardins et au retour à la grande tradition du jardin français.
Il déploie ses armées de jardiniers et d'entrepreneurs à travers le monde.
Sa pensée fondamentale est de ramener les jardins à une conception architecturale en les ordonnant d'après les axes de la demeure.

Source :
http://www.monum.fr/
Parallèllement à la construction du château, les travaux d'aménagement du parc et des jardins durèrent au total vingt-deux ans ! Le comte Edmond de Fels (1858-1951) fit appel à Achille Duchêne pour matérialiser ses idées et il y eut, entre 1903 et 1925, quatre campagnes de travaux, chacune de deux ans, entrecoupées d'études.
Dans un premier temps, on aménagea l'accès au château, une allée avec un carrefour en patte d'oie d'où partent les grands axes du domaine ; on dessina aussi une place en exèdre dégageant l'espace devant les grilles de clôture. Près de la cour d'honneur, de part et d'autre de l'allée centrale, deux parterres : sur celui de gauche aboutit le « tapis vert », large percée bordée de charmilles.
Dans un deuxième temps, Duchêne fit creuser un étang devant la façade principale, la terre de l'excavation servant à la création du parterre du Levant : celui-ci comprend trois terrasses reliées par des escaliers et mène vers le plan d'eau.
Dans une troisième phase on s'attacha à réguler une petite rivière - la Guéville - qui alimentait l'étang ; pour ce faire, Duchêne creusa le canal du Midi, avec en son centre une île artificielle de forme rectangulaire. Un tapis vert, flanqué de tilleuls taillés en quinconce, relie l'étang et le canal, ainsi que les parterres du Midi et du Levant ; son tracé dirige le regard jusqu'au grand parc, au-delà du jardin à la française.
L'ultime étape des travaux fit naître les cascades entre les deux plans d'eau.

Classé monument historique en 1983, ce parc est une oeuvre d'art.

Source : Interview de Christian de Fels par Xavier Narbaïts pour la revue Historia à l'occasion de la parution d'un numéro thématique "Les jardins témoins de leur temps".
http://www.historia.presse.fr/